la_reine_des_pommes

Adèle une jeune trentenaire se fait quitter par Mathieu, l'amour de sa vie. Anéantie, suffoquée, Adèle ne veut plus qu'une chose : mourir.
Rachel, une cousine éloignée, la prend en charge. Elle décide d'aider Adèle en essayant de lui trouver du travail, de lui redonner goût à la vie et de la conseiller sentimentalement.
Son principal conseil : coucher avec d'autres hommes afin de désacraliser cette histoire... À son corps et coeur défendant, Adèle part au combat.


Ce film est...surprenant.
C'est un tout petit film, avec de tous petits moyens, qui traite d'un petit sujet léger : comment se remettre d'une rupture amoureuse.
Comment dire... en ce moment je suis d'une humeur plutôt noire pour diverses raisons, et en particulier depuis hier. Très déprimée, envie de rien. Je suis allée voir ce film que j'attendais depuis quelques semaines, et j'en suis sortie...apaisée. Bien. Non pas que ce film soit une comédie décapante, malgré des moments cocasses.
Non, mais ce film est un bonbon.
En y allant, ayant lu un autre pitch que celui d'Allociné, je m'attendais à un film type Juno ou Jeux d'enfant, niveau réalisation/photographie, aussi j'ai été un peu surprise au départ, par la photographie justement... très "polaroid", au départ on se dit que ça fait un peu mauvais téléfilm français, mais finalement, ce choix ancre à la fois le film dans la réalité, et lui donne cette poésie d'un autre monde...
Voilà, ce film est très poétique, délicat, original de bien des façons.
Pas un GRAND film, mais un film à voir, bien plus romantique et amusant que l'Arnacoeur par exemple, si l'on veut rester dans la comédie romantique française. Ce film a le mérite d'avoir une "patte", là où l'Arnacoeur est une déclinaison du modèle américain du genre, une bonne déclinaison certes, mais sans réelle originalité et personnalité.
La reine des pommes est un film fragile, sur le fil, tout comme son héroïne Adèle, parfois maladroit, mais toujours touchant.
Toute fille ayant déjà vécu une rupture difficile se reconnaîtra dans ce film, le vide qui reste, l'envie de disparaitre parce que de toutes façons on n'a plus l'impression d'exister, la recherche frénétique de Lui chez tous les hommes qu'on rencontre (très bon choix de la réalisatrice de faire incarner chaque homme que rencontre Adèle par le même acteur que celui qui joue aussi son mec), la volonté de combler ce vide par la consommation d'hommes, totalement vaine...et puis petit à petit la reconstruction, le voyage intérieur, qui s'incarne ici par un voyage réel à NY et la rencontre avec une femme "forte" qui la met face à ses propres négations...
Evidemment ce film n'est pas exempt de maladresse, comme les dialogues un peu trop déclamés à mon goût, de façon un peu théâtrale, qui m'ont gênée au départ, mais qui finalement donnent aussi un charme un peu désuet au film. Hors du temps, hors des sentiers battus... une belle surprise :)