Je n'en parle jamais, mais je vais très souvent au ciné, un truc de famille....
j'ai du mal à (bien) parler des films, comme des livres, c'est tellement une histoire de ressenti...
Mais cette semaine, j'ai été à la fois déçue et agréablement surprise, donc parlons-en ! (où plutôt, je parle et vous.... éventuellement vous pouvez commenter !)

Tout d'abord, LA déception de la semaine : Twilight - chapitre 1 fascination

twilight_bigteaserposter
Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l'Etat de Washington, pour vivre avec son père. Elle s'attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d'une étrange fratrie, deux filles et trois garçons. Bella tombe follement amoureuse de l'un d'eux, Edward Cullen. Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens : lorsque Isabella comprend que Edward est un vampire, il est déjà trop tard.
Résumé by Allocine


Autant vous le dire tout de suite : je suis extrêmement friande de film fantastiques en général, et de vampire en particulier, et si ya une bonne touche de romantisme en prime, je ne peux qu' applaudir...  vous imaginez donc comme j'attendais ce film avec impatience !
Et ben en ce qui me concerne, ce fameux chapitre 1 rime plus avec consternation que fascination !

Mais soyons généreux et commençons par le positif :

* les paysages, vraiment magnifiques une pure merveille
* la photographie, beaucoup n'ont pas aimé, moi j'apprécie assez ce style,
avec des couleurs très saturées... mais certes, faut aimer
* La BO, pas mal du tout
* certains, et je dis bien CERTAINS acteur, notamment Kristen Stewart qui joue Bella,
que j'ai trouvé plutôt juste et touchante....

Malheureusement, c'est la seule chose que l'on peut sauver de ce film vraiment très oubliable. Et pourtant c'était bien parti, la première scène m'a vraiment charmée, la suite intéressée (malgré les bruits de mastication insupportable d'un groupe de greluche derrière nous...). Mais très vite, ça c'est gâté.
ce film se veut un renouvellement du mythe du vampire à travers une histoire d'amour qu'on nous vend comme du "roméo et juliette fantastique". laissez moi rire. Le film accumule les scènes et les dialogues d'une niaiserie, d'un cucul inimaginable, sans parler des clichés et autres stéréotypes toutes les 5 minutes.
(attention, si vous ne l'avez pas vu et voulez le voir, je dévoile quelques scène dans ce qui suit !)

La scène, capitale, où les deux protagonistes se rencontrent aurait due être un summum d'émotion. j'étais morte de rire : Bella entre dans la salle de classe au ralenti, passe devant un ventilo, cheveux qui volent, regards qui se croisent, youhou ! on se croirait dans un mauvais clip des années 90 ! Et Robert pattinson qui surjoue à mort, à croire qu'il allait se ch*** dessus... non vraiment c'est pas possible ça !
Autre scène d'anthologie dans le niaiseux nauséeux, dans la forêt quand la vérité sur la nature d'Edward éclate, et que les héros se déclarent leur flamme.... "et le lion s'éprit de l'agneau... - l'agneau est stupide... - et le lion masochiste..." (de mémoire). NON MAIS FRANCHEMENT ! et ça dure comme ça pendant 10 minutes ! je ne ment pas en disant que j'étais juste morte de rire !


Côté vampirique, il faut savoir que Edward et sa famille sont des vampires "végétariens"... oui oui. dans le genre cassage de mythe... Ils jouent au baseball en famille, cuisinent italiens pour Bella, vivent dans une maison d'architecte... c'est 7 à la maison version longues dents. D'ailleurs les dents ne sont pas longues du tout. Il faut bien creuser pour trouver un monstre là-dedans... oui, il faut savoir que dans cet univers de bisounours, les vampires ne peuvent s'exposer au soleil parceque.... ça les fait briller comme s'ils étaient recouverts de diamants ! booouuuu ça fait peur !
("tu es magnifique ! -non ! c'est la peau d'un tueur !" attends dans 5 minutes je verse une larme.) De toutes façons, ce fameux vampire fascinant tient plus du quaterback que de la créature de la nuit dangereuse et attirante (n'en déplaise aux grognasse de derrière qui ont apprécié le film vu comme elles ont soupiré comme des pré-pubères en rut à chaque apparition de robeeeerrrrt !), à part sa pâleur fantomatique, comme c'est original.

parlons un peu des "méchants" (il en faut bien pour briser cette routine assommante). Évidemment l'un d'eux jette son dévolu sur Bella (oooo !!! on s'y attendait pas du tout !), et s'en suit une pseudo course poursuite sensée nous tenir en haleine. Oui vous comprenez, c'est un traqueur, un tueur obsessionnel sans pitié comme on en a pas vu depuis 300 ans (rien que ça)... vaincu en 6 minutes 30 par un Edward venu au secours de sa bell(a) à la dernière seconde... Oulala, on a transpiré dans notre slip avec toutes ces émotions !

Tout est bien qui finit bien, Bella a été mordue, mais elle devient pas vampire grâce à super Edward qui aspire le venin (mais va-t-il s'arrêter avant de la tuer ? mystère et boule de gomme quel suspense insoutenable !) ! merci Eddie-super-vampire ! Mais c'est con, Bella aurait bien voulu devenir Gentil Vampire elle aussi, ben ouais, pour vivre d'amour et de Tofu "pour l'éternité" avec son chérichou d'amour. c'est beau.

Alors j'ai pu lire : "oui mais c'est un film pour ados, faut pas être trop critique". Je m'insurge ! d'où, de comment, de pourquoi les ados seraient-ils condamnés à voir des daubes sans saveur ? Premièrement il y a énormément de film "pour ados" bien meilleurs que celui-ci (je pense par exemple à l'excellent Thirteen), d'autre part, les ados, comme les adultes, ont un esprit critique, un cerveau, et sont tout à fait capables d'apprécier un très bon film qui ne leur est pas nécessairement destiné (et même en noir et blanc, oui monsieur).
J'ai entendu aussi : "mais c'est avant tout une histoire d'amoooouuuuur". Ouais ben premièrement y a mieux. beaucoup beaucoup mieux ! et deuxièmement, dans ce cas, laissons les vampires là où ils sont s'il vous plaît, et évitons de leur faire offense ainsi, ils risqueraient de venir sucer notre sang plein d'hémoglobine, berk alors !
également : "ouais mais le livre est génial, tu te rends pas compte c'est un phénomène d'édition, 18 million d'exemplaire vendus oh my god !"... Si on devait juger la qualité au nombre d'exemplaires vendus, je suppose qu'on pourrait considérer MacDo comme de la grande gastronomie. Et ensuite, excusez du peu, mais quand je paye 9 euros pour voir un film, je m'attends pas à devoir acheter en plus le mode d'emploi à 20 euros !

En bref, si vous voulez voir des créatures de la nuit modernisées mais pas asseptisées, procurez-vous la série true Blood de toute urgence, voire, réfugiez-vous devant un bon vieil épisode d'Angel.
Et si vous voulez de l'amûûûûûr, regardez dawson, ça fera pas grande différence et vous économiserez la place de ciné.
(ah oui et une dernière chose :
"Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens " laissez moi rire ! je ris ! je me gausse ! je m'esclaffe ! à peine un chaste petit bisous dans tout le film, arrêtez cette sensualité, je n'en peux plus, je m'enflamme !)

*******************************
L'agréable surprise : Il Divo


divo

A Rome, à l'aube, quand tout le monde dort, il y a un homme qui ne dort pas. Cet homme s'appelle Giulio Andreotti. Il ne dort pas, car il doit travailler, écrire des livres, mener une vie mondaine et en dernière analyse, prier. Calme, sournois, impénétrable, Andreotti est le pouvoir en Italie depuis quatre décennies. Au début des années quatre-vingt-dix, sans arrogance et sans humilité, immobile et susurrant, ambigu et rassurant, il avance inexorablement vers son septième mandat de Président du Conseil.
A bientôt 70 ans, Andreotti est un gérontocrate qui, à l'instar de Dieu, ne craint personne et ne sait pas ce qu'est la crainte obséquieuse. Habitué comme il l'est à voir cette crainte peinte sur le visage de tous ses interlocuteurs. Sa satisfaction est froide et impalpable. Sa satisfaction, c'est le pouvoir. Avec lequel il vit en symbiose. Un pouvoir comme il l'aime, figé et immuable depuis toujours. Où tout, les batailles électorales, les attentats terroristes, les accusations infamantes, glisse sur lui au fil des ans sans laisser de trace.
Il reste insensible et égal à lui-même face à tout. Jusqu'à ce que le contre-pouvoir le plus fort de ce pays, la Mafia, décide de lui déclarer la guerre. Alors, les choses changent. Peut-être même aussi pour l'inoxydable et énigmatique Andreotti. Mais, et c'est là la question, les choses changent ou n'est-ce qu'une apparence ? Une chose est certaine : il est difficile d'égratigner Andreotti, l'homme qui mieux que nous tous, sait se mouvoir dans le monde.

Ce film est juste superbe. Vous l'avez compris, il traite d'une histoire vraie et encore actuelle du monde politique italien. Sans fioriture inutile, mais en même temps une interprétation des faits tellement originale, presque burlesque (bon c'est pas une comédie non plus hein !) avec un casting parfait, impressionnant, vraiment, ENORME. L'interprétation de Toni Servillo est juste exceptionnelle, à nous laisser sans voix (ça donne envie d'envoyer Pattinson prendre des cours de comédie chez Miley Cyrus je vous le dis), et les autres acteurs ne déméritent pas !
La photographie, superbe, la mise en scène, inventive et sobre à la fois, intéressante et déconcertante, la musique, parfaite elle aussi, un très bon rythme (ce qui m'a étonnée, j'avais en effet peur que le film ne traîne en longueur et ne m'endorme, et bien pas du tout), des dialogues percutants et qui font mouche, sans un faire des tonnes
Honnêtement, j'ai même du mal à en dire du bien parceque tout dans ce film était parfait !

la seule petite chose à "reprocher", c'est qu'à mon avis, pour bien comprendre le film, il faut avoir un minimum de connaissance de la vie politique italienne de ces 30 dernières années, si vous n'y connaissez rien, honnêtement, je ne suis pas sûre que vous apprécierez...
Mais si vous êtes un peu renseignés, courrez-y vous ne serez pas déçus !