The rouquine's Bath

04 avril 2010

La reine des pommes

la_reine_des_pommes

Adèle une jeune trentenaire se fait quitter par Mathieu, l'amour de sa vie. Anéantie, suffoquée, Adèle ne veut plus qu'une chose : mourir.
Rachel, une cousine éloignée, la prend en charge. Elle décide d'aider Adèle en essayant de lui trouver du travail, de lui redonner goût à la vie et de la conseiller sentimentalement.
Son principal conseil : coucher avec d'autres hommes afin de désacraliser cette histoire... À son corps et coeur défendant, Adèle part au combat.


Ce film est...surprenant.
C'est un tout petit film, avec de tous petits moyens, qui traite d'un petit sujet léger : comment se remettre d'une rupture amoureuse.
Comment dire... en ce moment je suis d'une humeur plutôt noire pour diverses raisons, et en particulier depuis hier. Très déprimée, envie de rien. Je suis allée voir ce film que j'attendais depuis quelques semaines, et j'en suis sortie...apaisée. Bien. Non pas que ce film soit une comédie décapante, malgré des moments cocasses.
Non, mais ce film est un bonbon.
En y allant, ayant lu un autre pitch que celui d'Allociné, je m'attendais à un film type Juno ou Jeux d'enfant, niveau réalisation/photographie, aussi j'ai été un peu surprise au départ, par la photographie justement... très "polaroid", au départ on se dit que ça fait un peu mauvais téléfilm français, mais finalement, ce choix ancre à la fois le film dans la réalité, et lui donne cette poésie d'un autre monde...
Voilà, ce film est très poétique, délicat, original de bien des façons.
Pas un GRAND film, mais un film à voir, bien plus romantique et amusant que l'Arnacoeur par exemple, si l'on veut rester dans la comédie romantique française. Ce film a le mérite d'avoir une "patte", là où l'Arnacoeur est une déclinaison du modèle américain du genre, une bonne déclinaison certes, mais sans réelle originalité et personnalité.
La reine des pommes est un film fragile, sur le fil, tout comme son héroïne Adèle, parfois maladroit, mais toujours touchant.
Toute fille ayant déjà vécu une rupture difficile se reconnaîtra dans ce film, le vide qui reste, l'envie de disparaitre parce que de toutes façons on n'a plus l'impression d'exister, la recherche frénétique de Lui chez tous les hommes qu'on rencontre (très bon choix de la réalisatrice de faire incarner chaque homme que rencontre Adèle par le même acteur que celui qui joue aussi son mec), la volonté de combler ce vide par la consommation d'hommes, totalement vaine...et puis petit à petit la reconstruction, le voyage intérieur, qui s'incarne ici par un voyage réel à NY et la rencontre avec une femme "forte" qui la met face à ses propres négations...
Evidemment ce film n'est pas exempt de maladresse, comme les dialogues un peu trop déclamés à mon goût, de façon un peu théâtrale, qui m'ont gênée au départ, mais qui finalement donnent aussi un charme un peu désuet au film. Hors du temps, hors des sentiers battus... une belle surprise :)

Posté par Greenfairy2a à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


26 mars 2010

Alice au pays des merveilles

LE film que beaucoup attendent depuis des mois ! (en tout cas, moi !)

alice

Aaaaaalala que dire que dire !
Fan de Tim Burton depuis toujours...
Fan du LIVRE de Lewis Carroll...
Alice est mon Disney préféré...
ça fait beaucoup d'attente tout ça..

Je redoutais un peu en fait, car le dernier Burton m'avait déçue, et que son adaptation d'Alice puisse être ratée... c'eut été la fin du monde pour moi !
Heureusement ce n'est pas le cas !
J'ai lu dans certaines critiques qu'on ne retrouvait ni l'univers d'Alice ni celui de Burton dans ce film... Les gens sont ils fous ??? C'est du bon Burton comme on les aime, délirant, exubérant, décalé, drôle, avec ce qu'il faut d'obscurité, un Johnny Depp fidèle à lui-même...
Personnellement j'ai beaucoup aimé le choix de ne pas faire un énième Alice tel qu'on le connait mais plutôt un genre de suite, plutôt en continuité, certes on s'éloigne de Lewis Carroll puisque l'enfance est quand même au coeur de son oeuvre, mais l'Alice que nous sert Burton met un point final à l'histoire de plutôt belle façon, en montrant comment le pays des merveilles lui permet de passer de l'enfance à l'âge adulte, et que l'imagination et l'audace ne sont pas incompatibles avec ce passage...
Je ne vois que des bons points à ce film. Tout le casting est parfait, les choix de real aussi, les costumes sont superbes (les robes d'Alice OMG !!!), la musique aussi as usual... Non un très bon Burton ! N'hésitez surtout pas à aller le voir (mais QUI hésite franchement !?!)
Ha oui, et en 3D effectivement, c'est de la bomba !
(désolée en fait je ne dis pas grand chose mais ce film correspond tellement à mes attentes que je n'ai rien à dire ^^)

Posté par Greenfairy2a à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2010

Précious

precious

Vous avez sans-doute entendu parler de ce film, plutôt conseillé par la critique et qui a reçu de nombreux prix, notamment deux oscars (meilleur second rôle féminin et meilleure adaptation).
Je suis allée le voir hier avec une copine et...que dire.
Nous sommes un peu restée sur le cul. Ce film nous a sciée, mais par forcément dans le bon sens du terme.
Voici tout d'abord le pitch, pour voir un peu ce à quoi on s'attend :
Lorsqu'à seize ans, Precious apprend à lire et à écrire dans une école alternative, un monde nouveau s'ouvre à elle. Un monde où elle peut enfin parler, raconter ce qui l'étouffe. Un monde où toutes les filles peuvent devenir belles, fortes, indépendantes. Comme Precious...


Plutôt un film positif donc... En réalité, je dirais un film en demi-teinte.
Ce film montre une violence sociale terrifiante. Ce que le pitch allociné ne dit pas, c'est que l'héroïne du film est accablée de toutes, absoluement TOUTES les difficultés possibles et imaginables : noire, pauvre, obèse, mère d'une petite fille trisomique et à nouveau enceinte, le père des enfants étant son propre père. Non seulement elle est abusée sexuellement par son père, mais aussi par SA MERE, un véritable monstre qui n'a de maman que le nom, et qui la violente moralement et physiquement à foison. Analphabète, seule au monde et EN PLUS, son père lui a filé le SIDA !
c'est presque trop.
Non, c'est trop.
Ce film est une énigme pour moi. A la fois on ne peut rester insensible à cette histoire affreuse, et en même temps, je ne me suis pas sentie touchée. Le film ne m'a pas "prise", je n'ai pas été emportée par lui, je n'ai pas réussir à ressentir d'empathie pour cette jeune fille.
Pourtant en y réfléchissant tout est parfait. Les acteurs sont très bons, que ce soit Mo'nique, qui joue la mère monstrueuse magistralement, Paula Patton en professeur alternative attentive à ses élèves, Mariah Carey étonnante et vraiment convaincante en assistante sociale sans maquillage ni artifice, ou tous les seconds rôles (je ne parle pas de l'actrice principale Gabourey Sidibe, nous y reviendront). La photographie, très "sale", convient très bien à l'ambiance du film. Le sujet est traité sans sentimentalisme à deux balles, comme on le voit toujours dans les films montrant comment l'éducation sauve les élèves en difficulté. Les moments où Précious s'évade dans son monde en technicolor où elle es une star adulée sont plutôt réussis et une bonne idée sur le papier...
Mais la mayonnaise ne prend pas. je ne sais vraiment pas à quoi ça tient, peut-être est-ce seulement moi qui suis passée à côté, peut-être ce film manque-t-il de "regard", peut-être est-il trop "neutre", je ne parviens pas à me l'expliquer.
Quand à l'interprétation de Gabourney Sidibe, je ne sais pas quoi en dire non plus car je l'ai trouvée plutôt inexpressive, ce qui quelque part convient bien à son rôle, mais enfin... A part quelques rares moments du film, lorsque Précious libère enfin sa parole, et où effectivement elle s'en sort bien... pas de quoi casser trois pattes à un canard non plus...

Enfin je suis plutôt mitigée...ceci dit c'est un film que je conseille largement à tous les gens qui passent trop de temps à se plaindre, au moins il fera relativiser !

Posté par Greenfairy2a à 18:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

L'arnacoeur

Toujours plus de ciné les enfants ! Normal c'est à peu l'une des seules choses qui me fait plaisir et que je peux partager ici !

arnacoeur

Je suppose que vous avez tous entendu parlé de ce film, "LA comédie romantique française" de l'année...
LA comédie romantique française enfin à la hauteur des hugh granteries et autre oeuvre sandra bullockesques from the states...
Et bien on ne vous à pas (trop) menti, ce film relève bien le défi... (mais est-ce un bien ?)
Oui, OUI, J'AVOUE !!! je n'aime pas les comédies romantiques ! SHAME ON ME !
En fait je me suis rendue-compte que je n'aime pas les comédies romantiques, non, en fait j'aime hugh grant. C'est seulement pour HUGH GRANT que j'ai regardé Bridget Jones 1 et 2 d'affilée. Oui.
J'aime pas les comédies romantiques, d'abord parce que ce ne sont PAS des comédies. Sérieusement, vous avez déjà ris aux éclats devant Love Actually ? Sans blague, un épisode de Dr House est 100 fois plus drôle !
Et les comédie romantiques ne sont PAS romantiques. Hugh Grant est romantique.
Je veux que Hugh Grant m'aime. Je veux que hugh grant aime ma culotte gainante. Le reste, c'est de l'habillage autours de hugh grant, non seulement on sait comment ça va se finir, mais on sait AUSSI comment ça va se dérouler.
Punto e basta.

C'est vrai, je ne suis pas trop branchée CR. Mais bon je suis quand même une fille, avec ses problèmes de filles (donc de mecs), et de temps en temps, je me nourris de l'illusion qu'en tant que FILLE, aller voir une CR et me gaver de glace choco-banane avec un masque au concombre me fera me sentir excessivement bien. J'adore les clichés.
Donc voilà, en plein blues romantique, je suis allée voir "LA comédie-romantique-française-aussi-bien-que-les-américaines", qui ne pas plus fait rire que les comédies romantiques américaines. Donc je suppose que le contrat est rempli.
Passé cet avis totalement subjectif, je suppose que c'est un bon "film romantique" : romain duris est le digne hugh grant français so charmyyyyyy, vanessa est fraîche et froide, leur duo fonctionne très bien, la relative drôlerie vient plutôt des seconds rôles, notamment le couple julie ferrier-françois damiens, ainsi qu'helena noguerra, excellente en meilleure copine délurée. Tout ce qui fait une bonne CR est maîtrisé, toutes les situations atendues sont là, tout est totalement cousu de fil blanc.
On voit ce qu'on s'attend à voir, voire mieux si on part avec un mauvais esprit, ce qui n'est pas du tout mon cas...
Voilà donc en gros, si vous adorez les comédies romantiques, ou que vous essayez de vous persuader que vous adorez ça, courrez-y ça vaut le coup ! (enfin ça valait le coup à 3,50€ pendent le printemps du cinéma hinhin)

(et puis j'avoue, quand duris et paradis rejouent la fameuse scène de dirty dancing, j'ai eu mon ptit frisson de plaisir moi aussi... crucifiez-moi !)

Posté par Greenfairy2a à 17:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mars 2010

La Rafle

Voilà un film annoncé comme incontournable...
j'ai un peu de mal avec tous ces films "mémoriels", l'impression que c'est un devoir de les voir etc... je trouve ça discutable sur le principe... mais bon j'adore le ciné, je suis quand même historienne militaire alors ne boudons pas son plaisir !

larafle

Très très difficile de parler de ce film, que j'ai vu hier soir. J'avais vraiment besoin de recul pour pouvoir en parler...mais ça change rien en fait ^^
La grande réussite de ce film à mon sens est de vraiment donner un visage humain à cette tragédie, sans verser sans le mélo...
Je suis passionnée en tant "qu' historienne" de cette période et ses évènements, j'ai beaucoup lu dessus je pense être assez connaisseuse, et pourtant c'était comme si je redécouvrais tout, comme si tout ce que je savais s'effaçait devant la réalité humaine de la chose.
Tous les acteurs sont évidemment très juste, Reno sobre et touchant comme jamais, Mélanie Laurent parfaite, j'ai vu en Gad Elmaleh un Roberto Begnini sobre c'était vraiment très intéressant... Et les enfants très bons aussi, je soupçonne qu'ils aient choisi exprès des gamins particulièrement mignon et adorables pr nous faire encore plus pleurer... mais c'est de bonne guerre si j'ose dire !
Au niveau du traitement j'ai trouvé très intéressant le choix de mettre en valeur des contrastes : entre la douceur de vivre dans le quartier avant la rafle, vraiment l'idée que l'on se fait de Paris de ces années là, et l'horreur qui s'en suit... Entre les traitements infligés aux juifs et les épisodes de vie d'Hitler et les discussion désincarnées de Laval et Pétain... Entre la vie carcérale dans le camps et l'atmosphère campagnarde, sereine, vraiment estivale qui y règne en même temps...
Ce qui m'a frappé aussi c'est la communion émotionnelle entre les spectateurs de la salle, c'est la première fois que je ressens ça en voyant un film, difficile d'expliquer ce sentiment...
On n'échappe certes pas à des petits moments cousus de fil blanc mais je considère quand même que ce film reste très sobre (ça doit faire 5 fois que je répète ce mot mais en même temps c tellement juste lol) compte tenu du sujet.
Si je devais trouver un défaut au film, ce serait peut-être le choix de faire essentiellement peser la responsabilité de la déportation des juifs sur Laval, on montrant un Pétain un peu faiblard...cette présentation est peut-être un peu discutable...
Je conseille donc vraiment ce film, aux amateurs d'histoire comme aux autres, surtout aux autres.
Mais préparez vos mouchoirs les enfants !

Posté par Greenfairy2a à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


20 mars 2010

Salon du Vintage !

Youhou les loulou !
Un salon du vintage à Montpellier, incontournable !
C'était bien sympa, petit salon un peu confidentiel mais de bons exposants !
Des imprimés...psychédéliques, des objets nostalgiques (oooo les tasses de mamie !), des pièces coutures à pleurer (veste chanel tu aurais dû être mienne, je sais que toi aussi tu es triste. une minute de silence s'il vous plaît).... enfin le mieux c'est de partager ça en photo !

vintage6__1_sur_1_ vintage8__1_sur_1_

vintage10__1_sur_1_
sniiiiiiiif
(400€ ça reste pas cher pour du chanel m'enfin....enfin bref n'en parlons plus)

vintage12__1_sur_1_
apperçu des imprimés magiques... j'avoue on en a vu de pas mal, à se demander COMMENT, peu importe l'époque, on a pu acheter ça.... nos enfants se diront sans doute la même chose ceci dit...

vintage3__1_sur_1_
niaaaaaaaaaaaaaaaa !

vintage22__1_sur_1_
Objet Vestimentaire Non Identifié...

vintage19__1_sur_1_ vintage16__1_sur_1_

vintage11__1_sur_1_

***************************

j'ai pas pris des masses de photos, mais yavait vraiment de très belles pièces.... pour ma part j'ai juste ramenée du bon vieux vinyl qui claque et un maillot de bain bizarre hihi
Rien comparé aux SUPERBES bottes de Maroo (25€ non mais sans blagues !)

vintage25__1_sur_1_

Retrouvez toutes les infos pratiques, exposants et détails sur le site internet du Salon Montpellier Vintage...

Posté par Greenfairy2a à 23:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 mars 2010

Une éducation

ça faisait longtemps ! Et pourtant en ce moment je vais plutôt pas mal au ciné, mais toujours cette flemme...
Avant de vous parler de mon dernier coup de coeur, hier j'ai eu la chance phénoménale de pouvoir voir Moulin Rouge au cinéma ! Oui bon moquez-vous, mais ce film c'est MON film, ou plutôt, NOTRE film, de mes copines de lycée et moi... Je ne compte plus le nombre de fois où nous l'avons vu, c'est bien simple je connais toutes les chansons par coeur ! MAIS, lorsqu'il était sorti au ciné je n'avais pas pu aller le voir, donc quand j'ai vu qu'il repassait juste un soir dans un ciné de Montpellier j'ai littéralement sauté dessus... et versé ma larmichette à la fin as usual... enfin tout ça pour dire que si vous êtes dans le même cas que moi et que vous avez l'occasion de le voir au ciné, courrez-y ça vaut la peine...

Parlons actu maintenant...
une__ducation
Pitch :
1961, Angleterre. Jenny a seize ans. Élève brillante, elle se prépare à intégrer Oxford. Sa rencontre avec un homme deux fois plus âgé qu'elle va tout remettre en cause. Dans un monde qui se prépare à vivre la folie des années 60, dans un pays qui passe de Lady Chatterley aux Beatles, Jenny va découvrir la vie, l'amour, Paris, et devoir choisir son existence.

¨Par où commencer, il y aurait tant à dire sur ce petit film.
J'ai déjà dit ici comme j'aime les films traitant du passage à l'âge adulte, pour moi le plus beau, le plus sincère, le plus déchirant, le plus pur des moments que l'on puisse vivre. Ce film c'est avant tout ça, l'histoire d'une jeune fille brillante, rêvant à sa vie future mais ne vivant pas vraiment sa vie présente, à la fois passive, résignée, et exaltée, audacieuse, dont la rencontre avec un homme de deux fois son âge va changer la vie.
On assiste à cette métamorphose, de l'enfant soumise à la jeune femme presque émancipée (tant que faire se peut dans l'Angleterre des 50's). Au départ cette histoire entre une adolescente et un homme mûr laisse un peu dubitatif, mais très vite on se rend compte que Jenny avait seulement besoin de cette petite étincelle pour révéler toute sa maturité, et finalement on ne pense plus à cette différence énorme au fur et à mesure qu'elle se transforme en une sorte de mini Audrey Hepburn. C'est toute la subitilité de ce film, je n'ai pas du tout ressenti le côté "malsain" de la relation passé l'étonnement de prime abord de voir une gamine de 16 ans s'insérer parfaitement au sein d'un groupe de trentenaires...Tout le film joue ainsi sur la corde, entre pudeur et audace, il ne s'agit pas ici d'une variation de Lolita. Pas de manipulation de la part de Jenny, pas non plus de candeur excessive. On peut même se demander si elle "devient" réellement femme, où si elle ne l'est déjà pas au fond, et si cette histoire ne la révèle tout simplement pas à elle même. Le personnage de David reste également ambiguë, salaud mais touchant et on ne peut s'empêcher de croire en sa sincérité (je ne peux pas trop en dire pour ne pas gâcher la fin ^^).
Il faut évidemment saluer les prestations des acteurs, Carrey Mulligan est étonnante, grâcieuse, toujours juste, d'une présence folle... je crois qu'elle a été nommée aux oscars, j'espère vraiment qu'elle gagnera car son interprétation était parfaite. Mais tous les autres acteurs sont vraiment bons, et les personnages tous justes, pas un n'est négligé. Tout sonne vraiment juste dans ce film.
Et c'est ainsi qu'on arrive à l'autre niveau du film, la condition féminine dans l'Angleterre d'après-guerre. Vraiment un traitement très intéressant du sujet. Quelles alternatives pour les femmes à l'époque ? Les études ou le mariage.  Les choses ont-elles vraiment changé ? C'est ce que je me disait en regardant ce film, il semble intemporel, on est à la fois transporté dans cet univers et on ne peut s'empêcher de se dire que le sujet est terriblement actuel. Je pense avoir déjà parlé plusieurs fois ici de ce phénomène de jeunes, voire très jeunes filles, 18, 20, 22 ans, déjà mariées et ayant un ou des enfants. Je ne juge pas, je ne doute pas qu'on puisse être heureuse ainsi même si ça ne correspond pas à ma vision du bonheur, mais il n'empêche qu'avec toutes les possiblités qu'ont les femmes, et tout le monde d'ailleurs, de s'épanouir, même sans parler d'études, il est étonnant de voir que l'on peut continuer à s'enfermer aussi jeune dans le mariage et la famille...
Mais je m'égare et vous me laissez divaguer ! revenons au film. (attention spoiler)
Ce qui est assez étonnant, c'est que l'héroïne, une jeune femme brillante, prometteuse, ayant travaillé toute sa courte vie dans le seul but d'intégrer Oxford laisse tout tomber après une demande en mariage... C'est toute l'ambiguité et l'intérêt du personnage. Au départ, Oxford ne représente pour elle qu'une façon de s'échapper de l'emprise de son père et de l'ennui abyssal de sa vie. Son histoire d'amour n'est qu'une nouvelle fuite. David la balade de concert en escapades amoureuse, et pour finir à paris, son rêve...
Ce n'est qu'une fois que son histoire se termine qu'elle revient à son ambition de départ. En sortant du ciné, j'analysais la chose ainsi : elle n'a jamais réellement souhaité entrer à Oxford, cela n'a jamais été son rêve, mais seulement s'évader de son cadre de vie, aussi la fin est plutôt triste puisqu'elle finit par se plier aux exigences de son père et entrer effectivement à Oxford.
Avec le recul (de 2 heures youhou), je pense en fait, non elle ne rêvait pas réellement d'y entrer, au départ, mais là où son histoire d'amour la fait réellement grandir, c'est qu'elle prend conscience que les études ne sont pas seulement une échappatoire, mais un moyen de se réaliser et de s'épanouir. Le rôle de l'enseignante, est crucial. Elle symbolise à elle seule toute l'Idée du film. Elle est d'abord le modèle, on sent la relation privilégiée, voire l'affection, entre elle et Jenny. Puis alors que celle-ci favorise son histoire d'amour, elle se rebelle contre ce professeur qui la met en garde et représente la façon dont Jenny envisage alors les études : rébarbatives et inutiles. Enfin lorsque Jenny se rend compte que son histoire n'existe pas, elle retourne vers son professeur et se rend compte qu'elle s'est accomplie seule, à travers la culture, et redevient le modèle que suit Jenny, mais cette fois pour les bonnes raisons.
Enfin je suis intarrissable ! Je vais donc m'arrêter là, en ajoutant juste quelques remarques : la BO est très bonne, adaptée mais discrète. Si vous pouvez, allez le voir en VO, c'est savoureux et vous pourrez en plus apprécier les petites phrases en français distillées dans le film (Carey parle vraiment très bien le français d'ailleurs ! presque pas d'accent !)...
C'est un film où l'on ris beaucoup (si l'on aime l'humour anglais biensûr), où l'on pleure aussi (oh oui des larmichettes !), mais où l'on ne s'ennuie pas une seule seconde, vraiment vraiment, j'espère vous avoir donné envie !

Posté par Greenfairy2a à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2010

Nouveaux colliers

Toujours dans mon délire cuiresque...

collierdentelle3

collierdentelle4

collierdentelle5__1_sur_1_

Cuir, dentelle, cabochons en métal et rubans de satin
J'ai bien galéré à découper les motifs en dentelle, mais je suis contente du résultat !

**************************

collierbow2__1_sur_1_

collierbow3__1_sur_1_

collierbow__1_sur_1_

Cuir et chaînette en métal...
Je m'initie à la pose d'oeillets au marteau, à l'ancienne... je maîtrise pas encore à 100% jdois dire... et j'ai planté pas mal d'oeillets dans la moquette, accessoirement... elle est wild ma moquette.
Après la photo j'ai fait en sorte de faire une chaîne réglable, détail...
Je dois encore améliorer la chose, c'est à l'étude lol

Posté par Greenfairy2a à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 février 2010

Nouveau collier

Comme promis, de nouvelles photos de nouvelle créa...

collierdentelle

collierdentelle2

Donc voilà, seules les perles noires sont en fimo bien sûr, (fimo noire + poudre argent)
En ce moment j'essaye surtout de "travailler" sur les mélanges de matières, de style, les contrastes...
donc c moins fimo only quoi...
hope you'll like it...

Posté par Greenfairy2a à 17:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 février 2010

petite pub !

Petit coup de coeur pour une jeune créatrice qui se lance, mais qui n'est pas très douée pour faire sa pub !
alors allez faire un ptit tour, admirez ses jolies robes et si vous avez un ptit craquage, comme elle n'a laissé aucune coordonnée, vous pouvez passer par moi je transmettrai ! ^^
(la nouvelle collec est... géniale !)

maroo2

maroo3

maroo4  maroo5


maroo6

Posté par Greenfairy2a à 12:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]